Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2019
Archives 2018
Archives 2017
Archives 2016
Archives 2015
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Cour des comptes - La régulation des jeux d’argent et de hasard
Décret n° 2015-669 du 15 juin 2015 relatif aux prélèvements sur le produit des jeux dans les casinos
Arrêté du 15 mai 2015 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2015-540 du 15 mai 2015 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D.321-13 du code de la sécurité intérieure
Arrêté du 30 décembre 2014 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007
Décret no 2014-1726 du 30 décembre 2014 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D. 321-13 du code de la sécurité intérieure
Décret no 2014-1724 du 30 décembre 2014 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard


mots clefs : martignoni-hutin


Vendredi 29 mars 2019 : L’addiction au jeu : une drôle de maladie… qui a du mal à trouver ses malades !



L’addiction au jeu : une drôle de maladie… qui a du mal à trouver ses malades !

Le jeu : une curieuse maladie…. qui a du mal à trouver ses malades…….mais les addictologues continuent de chercher ! notamment à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif . Un conseil chers collègues, sortez de vos laboratoires, allez dans les espaces de jeu ( casinos, hippodromes, bar PMU, espaces FDJ…)

Jean-Pierre G. martignoni-hutin jr.

Sociologue

(Lyon – France – mars 2019)

-----

Nous sommes souvent intervenus pour dénoncer la vision médicale du jeu véhiculée par certains addictologues, psychologues, psychiatres….. En quelques années de l’Observatoire des jeux (ODJ/BERCY) à l’Arjel en passant par le Ministère de la santé et de multiples structures, instituts… cette doxa aux multiples visages a « colonisé » l’ensemble du champ des Jeux de Hasard et d’Argent ( JHA) et continue de proliférer par exemple dernièrement à la Sorbonne (1) Des dizaines de « psy » ont senti le filon et ont très vite compris le bénéficie qu’ils pouvaient tirer de cette « nouvelle maladie » introduite dans le DSM III en 1980 aux ETUN par l’APA (la puissante et tentaculaire American Psychiatric Association).

Le business du jeu compulsif fonctionne désormais à plein régime. De là à dire qu’il fonctionne à merveille il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas. Bizarrement en effet cette pandémie ludique semble avoir « du mal à trouver ses malades » C’est sans doute pour cette raison que l’hôpital Paul Brousse de Villejuif lance un « nouvel essai thérapeutique » ou le médecin ira à la rencontre numérique du joueur malade du jeu (2) (Une maladie qui se soigne sur écran ordinateur après avoir envoyé un mail…. cette modernité thérapeutique force le respect.)

Jean-Michel COSTES, responsable pour le moment de l’ Observatoire Des Jeux (ODJ/BERCY) avait déjà déroulé lors d’un colloque à l’Assemblée Nationale fin 2018 ( 3) de nouvelles mesures liberticides pour ficher les millions de joueurs, les soigner… agacé que « le joueur ne reconnaisse pas sa maladie« regrettant que « très peu de joueurs consultent »

Curieuse maladie que cette maladie du jeu – la maladie des perdants ? - qui a du mal à trouver ses malades… pourtant très nombreux si l’on en croit…. à nouveau Jean-Michel COSTES - on est jamais si bien servi que par soi même - addictologue reconverti dans les jeux d’argent, après avoir été viré de l’observatoire des drogues car il écrivait des tribunes favorables aux sinistres « salles de shoot » (4) contre l’avis de la MILDT. (Parfois l’Etat, le ministère de la santé… n’est pas très rancunier avec ses agents même quand ils sortent de leur devoir de réserve)

JM COSTES affirme en effet qu’il y « aurait »(le conditionnel s’impose malgré ces affirmations péremptoires) 1 250 000 joueurs excessifs… ou à risque modéré . Statistiques établies à partir de questions auto administrées incluses dans…. un « Baromètre santé » . Curieuse méthologie qui confirme l’adage qu’on ne trouve que ce que l’on cherche.

Le fait que cette doxa donne une définition du joueur pathologique à géométrie variable jette un doute sur la réalité épidémiologique de cette maladie. L’imposture intellectuelle consiste a exploiter une projection tautologique abscons : tous les gens bien portants peuvent toujours tombés malades et personne ne pourra jamais prouver le contraire.

Nous pourrions presque parlé de maladie imaginaire si l’affaire n’était pas si grave. Cette problématique de l’addiction ludique est au centre d’une grande partie des débats parlementaires actuels sur les JHA notamment à l’occasion de la privatisation de la FDJ, du jeu des mineurs etc…. Son instrumentalisation empêche tout débat scientifique sérieux.

Il est abusif de parler d’addiction, de drogue, en matière de Jeux de Hasard et d’Argent et le terme d’appétence est préférable à celui de prévalence qui a l’inconvénient scientifique d’inscrire ipso facto les JHA dans une nosologie médicale ou l’on cherche à identifier les signes cliniques de la maladie du jeu. Le danger scientifique est grand d’ aborder les jeux d’argent à travers la problématique de l’addiction, car une fois acceptés comme entité morbide individualisée ces jeux sont forcément analysés comme des formes plus ou moins aiguës de jeu pathologique. Le fait que la doxa élargit en permanence son spectre et insiste désormais sur les joueurs « à risque modéré » ou ceux « susceptibles » de tomber dans l’addiction en est la parfaite illustration.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. La puissance de ce lobby est tel qu’il se croit tout permis et se permet tout. De nouvelles propositions thérapeutiques surprenantes - pour ne pas dire scandaleuses - apparaissent pour soi-disant soigner les addicts du jeu. Comme celle imaginée par un professeur de toxicologie d’Helsinki consistant à tester sur 130 joueurs « cobayes » un vaporisateur contenant du naloxone, un produit de traitement d’urgence des overdoses aux opiacés. La logique pharmaco-commerciale de l’affaire se dévoile sans pudeur dans toute son obscénité. Après avoir fait croire par tous les moyens que le jeu était une drogue, certains rêvent de fournir un produit censé remplacer le jeu par une vraie drogue. Mais pour l’instant, comble de l’absurde et ironie de l’histoire, ces apprentis sorciers n’ont réussi qu’une chose : déclencher chez certains patients atteints de troubles neurologiques …l’addiction aux jeux d’argent en prescrivant du Sifrol ! ( le Sifrol est un antiparkinsonien ) Cette doxa en réalité - sous couvert de santé publique - défend ses intérêts financiers, ses pouvoirs, ses postes…. et souhaite développer de nouveaux marchés qui intéressent l’industrie pharmaceutique. Elle exploite l’ignorance, l’inquiétude mais aussi l’hypocrisie des politiques qui cherchent à se donner bonne conscience.

----

La doxa du jeu pathologie maladie se dévoile également quand elle parle du caractère particulièrement addictif de certains jeux d’argent. Là également la supercherie est totale. Cette doxa a l’art de retourner sa veste toujours du bon coté et n’a pas peur des contradictions.

Rapido a été sacrifié sur l’autel de la doxa par les addictologues, SOS joueurs et quelques députés car ce jeu était d’évidence « particulièrement addictif ». Rapido a été prohibé mais la FDJ a continué a financer SOS joueurs !.

Préalablement les machines à sous furent accusées d’être « particulièrement addictives » à cause de « l’ambiance casino » : sociabilité, socialité, musique, open bar, hôtesses, mixité sociale, des genres, des âges, convivialité joyeuse qui permet d’engager la conversation, proximité ludique, slots colorées qui tintantanibulent, bruit de l’argent …)

En 2010 ce fut le tour des jeux d’argent sur internet régulés par l’ARJEL d’être accusés par les addictologues d’être « particulièrement addictifs»…mais pour des raisons totalement inverses !! : le joueur désocialisé, seul chez lui devant son ordinateur, qui flambe en ligne H24 au poker cash game allait forcément tomber dans l’addiction.

Plus récemment les jeux de grattage ( notamment Cash 500 000 euros) ont été accusés d’être « particulièrement addictifs » par l’ODJ et SOS joueurs avec la complicité du quotidien Libération. Confer notre article = Jean-Pierre MARTIGNONI : « HARO SUR LES JEUX DE GRATTAGE : Alors que sortira le 3 septembre Mission Patrimoine, un jeu de grattage voulu par le Président de la République pour restaurer les monuments historiques, la doxa du jeu pathologie maladie se déchaine dans la presse* contre ces loteries instantanées qui pèsent 50 % des ventes de la Française des jeux » (13 pages, 26 notes, aout 2018, publié sur : lescasinos.org 29/8/2018 ; CASINO LÉGAL FRANCE :Jouer au casino en ligne sur les sites agréés de jeux d'argent autorisés par la France du 3/9/2018) (*) Charlotte Belaich, « Accros au grattage : à la FDJ, de l’huile sur le jeu (Libération 25 juillet 2018 pages 14,15)

---

Le fait que cette doxa sans scrupule donne des explications totalement contradictoires pour expliquer l’addiction ludique jette un doute sérieux sur le sérieux scientifique de ces affirmations et prouve que cette « addiction sans substance », concept très controversé ( y compris au sein des addictologues) a toutes les caractéristiques d’une usine à gaz… sur laquelle lorgne désormais l’industrie pharmaceutique, la sœur « incestueuse » de cette doxa, composée d’addictologues opportunistes peu scrupuleux.

Nous resterons cependant optimiste… dans notre naïveté provinciale. La vérité finira par triompher. Faisons confiance à l’intelligence des « politiques » pourtant malmenée au plus haut sommet de l’Etat ces derniers mois. Un jour ou l’autre ils vérifieront les chiffres et les études des addictologues - quand elles existent - car beaucoup d’addictologues se sont auto proclamés spécialistes des jeux d’argent sans avoir réalisé la moindre recherche de terrain.

Quand « les politiques » auront un doute épistémologique sur cette « maladie du jeu », sur le Manuel statistique et diagnostique des troubles mentaux ( DSM), manuel très controversé de la psychiatrie américaine, ils s’interrogeront de manière critique, comme l’a fait dernièrement Yann VERDO dans le quotidien les Echos… : « Les jeux, une drogue ? » ( 5) Ils poseront une question qu’a posé Marc VALLEUR depuis longtemps : qu’y a t il de réellement nouveau dans ces descriptions médicales ou psychiatrique d’un phénomène existant depuis la plus haute antiquité ? « ( 6)

Une évolution des regards, l’inscription dans le champ médical de conduites qui préalablement relevaient de la morale , un construit social issu des représentations dominantes duquel émerge la figure du joueur pathologique comme nouvelle maladie ? » ( à suivre)

------

© j.p.georges. martignoni-hutin jr.sociologue, mars 2019, université lumière Lyon 2, ISH, Centre Max Weber(CMW)UMR 5283, équipe TIPO, ISH, Lyon, France.

Notes =

1. Conférence à la Sorbonne le 11 mars 2019 par la neurologue Jocelyne « CABOCHE » - au nom prédestiné !! - en ouverture de la semaine du « cerveau » ! ( confer Yann VERDO , « Comment les drogues piratent le cerveau » : ( Les Echos idées débats , II mars 2019)

2. les casinos.org du 27 Mars 2019 : « l’addiction au jeu touche 1,2 millions de Français ( et seuls 2% se soignent) » ( source : franceinter.fr avec Danielle MESSAGER

3. Jean-Pierre MARTIGNONI : : L’Etat et les jeux, l’état du jeu (II) ( janvier 2019, I8 pages , 11 notes, 3 annexes) : commentaires sur le colloque organisé par Olga GIVERNET (députée REM de l’Ain) et Christophe BLANCHET (député REM du Calvados) à l’Assemblée nationale le 30 novembre 2018 = « Jeux d’argent : enjeux et avenir d’un secteur en évolution » (publié sur : lescasinos.org 7/1/2019) voir extrait de l’article en annexe 1 =

4. Jean-Pierre MARTIGNONI : Paris : cercle de jeux/salles de shoot = Oui aux salles de shoot, non aux clubs de jeu ! (février 2019, 12 pages, 23 notes, 3 annexes) ( publié sur : lescasinos.org du 14/2/2019; CASINO LÉGAL FRANCE du 14/2/2019) = Oui aux salles de shoot, non aux clubs de jeu …oui au pétard, au coffee shop, au cannabis thérapeutique… ; non à la clope, au vin, au Ricard ( qui a augmenté de 10% avec la loi alimentation !) et haro sur les jeux d’argent avec de nouvelles mesures liberticides exigées par la doxa du jeu pathologie maladie. Le gouvernement et nos élus feraient bien de s’interroger sur l’ethnocentrisme culturel des politiques menées en matière de drogue et de jeu, dans un moment ou la France populaire qui roule au diesel manifeste et dans une période ou la colère sourde des Français "invisibles" s’exprime.

5. Yann VERDO , « Comment les drogues piratent le cerveau » : encadré « Les jeux, une drogue ? « Yann VERDO ( Les Echos idées débats , II mars 2019)

6. Marc Valleur, Christian Bucher, « le jeu pathologique », Armand Colin, 2006, page 5

-----

Annexe 1 = Jean-Pierre MARTIGNONI : : L’Etat et les jeux, l’état du jeu (II) ( janvier 2019, I8 pages , 11 notes, 3 annexes) : commentaires sur le colloque organisé par Olga GIVERNET (députée REM de l’Ain) et Christophe BLANCHET (député REM du Calvados) à l’Assemblée nationale le 30 novembre 2018 = « Jeux d’argent : enjeux et avenir d’un secteur en évolution »

( EXTRAITS )

(…) « Assis à côté de Charles Coppolani et à coté de la « vénérable » directrice de l’Observatoire des jeux muette, Jean-Michel COSTES a déroulé de nouvelles mesures liberticides, agacé que « le joueur ne reconnaisse pas sa maladie «

JM COSTES, responsable de l’Observatoire des jeux grâce à l’OPA qu’il a réalisé sur cet organisme (crée par un sociologue, le directeur de Marmottan et un psychiatre) n’a fait ensuite qu’enfoncer le clou regrettant que « très peu de joueurs consultent » comme il l’avait fait dans LIBERATION cet été mais sans s’interroger une seconde - le temps d’un doute épistémologique - pour savoir si ce constat de vacuité de la réalité épidémiologique de cette maladie du jeu ne provenait pas tout simplement du fait que les joueurs ne se considèrent pas comme malades et/ou que le jeu n’est pas une maladie. De la même manière que certains ont précisé au cours du colloque que « le jeu pouvait faire basculer dans la précarité » sans se soucier d’inverser les perspectives à savoir que c’est peut-être parce qu’ils sont dans la précarité que certains se mettent à jouer, et parfois à jouer au-dessus de leurs (petits) moyens.

JM Costes souhaite naturellement comme le directeur de l’Arjel baisser le taux de retour aux joueurs (TRJ) ( les joueurs apprécieront) mais il n’a pas insisté sur ce point. Car chacun sait désormais que JM Costes a un problème avec la méthode scientifique et que son « étude » - visant à prouver par tous les moyens la causalité de l’équation TRJ élevé = addiction accrue - a accouché d’une conclusion qui constitue une escroquerie intellectuelle.

Comme il n’a pu prouver la causalité de cette corrélation, rusé il a conclu son étude par une pirouette intellectuelle qui constitue un mensonge scientifique, une aberration épistémologique. Citons Jean Michel Costes qui à l’époque était secrétaire général de l’Observatoire des jeux et Charles Coppolani son Président (qui avait forcément donné son aval à cette publication et croyez-moi ce n’est pas facile d’avoir l’aval de Charles Coppolani pour publication nous en savons quelque chose) (11) Voilà la conclusion abracadabrantesque de JM Costes pour son étude « Taux de retour au joueur, addiction et blanchiment » (publication de l’Observatoire des jeux mai 2012.) =

« La littérature scientifique n’apporte pas de preuves définitives sur le lien existant entre TRJ élevé et addiction, non parce que ce lien est inexistant mais parce que sa mise en évidence est très difficile, voire impossible à démontrer sur le plan méthodologique. L’argument de l’absence de démonstration scientifique formelle ne permet pas néanmoins de remettre en cause la possible existence de ce lien.

Face à l’absurdité de tels propos, publiés sur le site du Ministère de l’Économie s’il vous plait , une seule conclusion s’impose : REDUCTIO AD ABSURDUM (expression latine à propos d’une personne qui conduit un raisonnement jusqu’à ses plus extrêmes conséquences, y compris absurdes et contradictoires, en allant jusqu’à démontrer la fausseté, voire la ridicule inconsistance, des hypothèses sur lesquelles il repose.)

Viré de l’Observatoire des drogues car favorable aux salles de shoot, reconverti dans les jeux

Le directeur de l’ODJ - pris dans ses contradictions, l’ ethnocentrisme des thérapies qu’il propose, ( pour les drogués il faut distribuer dope, crack, seringue, coton, capote dans des salles de shoot(*) - pour ne pas que les camés tombent malade( !) et attrapent le SIDA -; pour le jeu il faut interdire , fiscaliser, surveiller, identifier, soigner) sa méconnaissance du fait social et culturel que représentent les pratiques ludiques des français - a naturellement proposé encore plus de mesures liberticides.

(*) Sur le scandale (éthique, politique, financier et même thérapeutique…) des salles de shoot et les conséquences dramatiques pour les riverains ; lire en annexe 3 le reportage hallucinant du journaliste Guillaume Poingt (« Salle de shoot : comment l'insécurité ruine les commerçants du nord de Paris » du journaliste Guillaume Poingt, le figaro du I8/9/2018) Deux ans après l'ouverture en octobre 2016 de la salle de shoot située dans le 10ème arrondissement et financée par la Mairie de Paris à hauteur de 850 000 euros. Anne Hidalgo préconise l’ouverture d’une deuxième salle de shoot qui serait consacré à l’inhalation du crack !!! Douce France…cher pays de mon enfance….

Il faudrait pour cet addictologue opportuniste reconverti dans les jeux depuis qu’il s’est fait viré de l’observatoire des drogues par Etienne APAIRE président de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) : identifier tous les joueurs (notamment les turfistes et les millions de joueurs de la FDJ) ; surveiller leur comportement; limiter voir interdire les publicités pour les jeux ( notamment celles nombreuses de la FDJ), cibler les groupes à risque, instituer une sorte de police des familles comme il y a une police des jeux ; établir des modèles de prévention primaire dans les écoles ….en attendant d’intervenir dans les maternelles …. et pourquoi ensuite si ce n’est pas suffisant dans les pouponnières pour que nos bambins ne deviennent pas dans 20 ans des clients de la Française des jeux. Mais Costes, le régulateur, les addictologues…. ne veulent pas seulement surveiller les classes sociales joueuses - des classes dangereuses - qui sont malade du jeu dans le savoir ( vu qu’ils ne consultent pas), cette doxa veut aussi mettre la pression sur les opérateurs pour leur imposer « des obligations de résultat ».

On peut comprendre dans ces conditions que - dans ce domaine comme dans d’autres - certains français ont enfilé un gilet pour reprendre en main leur destin face à une caste de technocrates et de médecins qui rêvent d’un contrôle social total des populations à travers une multitude d’impôts punitifs ; à travers une pathologisation de leurs pratiques ludiques, festives et de leurs consommation de produits passion, de produits plaisir ( alcool, tabac, jeu) produits à consommer avec modération qui ne sont pas toujours bon pour la santé ( mais ça les consommateurs buveurs, fumeurs, joueurs le savent pertinemment ) mais qui sont parfois bon pour le moral. (….) «

© j.p.georges. martignoni-hutin jr.sociologue, mars 2019, université lumière Lyon 2, ISH, Centre Max Weber(CMW)UMR 5283, équipe TIPO, ISH, Lyon, France.


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



Autre(s) Article(s)


12-07-2019 | Les casinos redoutent un élargissement de l'offre de la FDJ à la faveur de sa privatisation
16-05-2019 | L’impôt ludique au service du bien commun : un choix politique
08-04-2019 | Vers la perte de l'exclusivité des machines à sous ?
29-03-2019 | L’addiction au jeu : une drôle de maladie… qui a du mal à trouver ses malades !
29-03-2019 | Japon - Le gouvernement dévoile plus d’informations sur les futurs casinos
27-03-2019 | L'addiction au jeu touche 1,2 million de Français (et seuls 2 % se soignent)
13-03-2019 | En attendant sa privatisation la FDJ surperforme….…sur fond de crise sociale
13-03-2019 | Suisse - Jeux en ligne : Addiction Neuchâtel réagit
13-03-2019 | Privatisation de la Française des jeux : l’opposition veille au gain
28-02-2019 | Jeux d’argent : l’impôt sur la fortune que l’Etat ne veut surtout pas supprimer
14-02-2019 | Paris : cercle de jeux/salles de shoot
30-01-2019 | L’Etat et les jeux, l’état du jeu (II*) :
23-11-2018 | Colloque sur les jeux de hasard et d’argent à l’Assemblée Nationale
20-11-2018 | Suisse - Jeux d'argent: la nouvelle loi en vigueur en 2019
01-11-2018 | Les sons et lumières dans les casinos encouragent la prise de risque
22-10-2018 | Autriche. Il dilapide 2,5 millions d’euros dans des machines à sous et se fait rembourser
12-10-2018 | FO alerte les députés et sénateurs concernant la privatisation de la Française des Jeux
29-08-2018 | Haro sur les jeux de grattage
26-07-2018 | Censure, jeu…Libération
23-07-2018 | Il dérobe 525€ de jetons dans un casino... à l'aide d'un bout de scotch

En bref

Le casino de Plombière relancé pour quinze ans
31-07-2017|Une nouvelle convention entre la Ville de Plombières et le casino vient d’être signée, dans une ambiance détendue mais solennelle. Le scellement du mariage est prévu pour quinze ans.

Le casino fait ses jeux à Grasse
20-01-2016|Conseil municipal La Ville a donné hier son agrément au trio de repreneurs de l'établissement de jeux fermé depuis un an. Mais pas à l'unanimité… A la déception du maire
La première étape vers la réouverture du casino vient d'être franchie

Tournage au casino de Bourbonne-les-Bains
11-05-2015|Une équipe de tournage de "Sept à huit", l'émission d'Harry Roselmack, vient de passer une semaine à Bourbonne-les-Bains pour préparer un reportage sur la vie d'un casino rural.(jhm.fr)

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

perimetre commerciales marketing alexandra saintpierre collioure gruissan conserves
Vos derniers commentaires
Toujours plus de sécurité au casino d’Enghien commenté : 1 fois
Casinos : Joa va racheter les 8 établissements d'Emeraude commenté : 1 fois
Nicolas Sarkozy entre au conseil d'administration de Barrière commenté : 3 fois
Nicolas Sarkozy entre au conseil d'administration de Barrière commenté : 3 fois
Nicolas Sarkozy entre au conseil d'administration de Barrière commenté : 3 fois
Annecy : de la prison pour avoir trop secoué la machine à sous... commenté : 1 fois

Forum
Etude sur les pratiques de jeux de hasard et d'argent en Fra par : gargarumf - lundi 08 Octobre 2018 13:38
saumur par : nollach - mercredi 13 juin 2018 15:45
matériels pour l'événementiel par : Magic66 - samedi 28 avril 2018 10:50
Attention par : LGM - mercredi 22 novembre 2017 02:04
demande d 'aide par : l epingleur - mardi 26 septembre 2017 19:04



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.