Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2019
Archives 2018
Archives 2017
Archives 2016
Archives 2015
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Cour des comptes - La régulation des jeux d’argent et de hasard
Décret n° 2015-669 du 15 juin 2015 relatif aux prélèvements sur le produit des jeux dans les casinos
Arrêté du 15 mai 2015 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2015-540 du 15 mai 2015 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D.321-13 du code de la sécurité intérieure
Arrêté du 30 décembre 2014 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007
Décret no 2014-1726 du 30 décembre 2014 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D. 321-13 du code de la sécurité intérieure
Décret no 2014-1724 du 30 décembre 2014 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard


mots clefs : barrière


Jeudi 9 novembre 2006 : Isidore Partouche face aux lecteurs de la Voix du Nord.



RENCONTRE • Dernier volet l'enquête « Les Nordistes, le jeu et les casinos » : le leader français des casinos répond sans détours.

Voilà dix ans, assure-t-il, qu’il n’accorde plus d’interview.
Le fondateur du groupe Partouche a accepté de rencontrer six lecteurs de la Voix du Nord.
Il n’est pas tendre avec la maire de Lille et évoque l’éventuelle vente de son groupe.

Frédéric Lecomte : je suis très peu joueur. Qu’est-ce qui pourrait m’amener à rentrer dans un de vos casinos ?
« Je prends l’exemple (du Pasino) de Saint-Amand. Vous pouvez y passer une après-midi, une soirée, déjeuner, dîner, sans jouer. Vous avez une salle de spectacle de 1 200 places, une salle genre boîte de nuit, quatre restaurants à thème, des boutiques… Tout cela peut vous donner l’envie de venir passer un moment au Pasino. Ensuite, vous serez peut-être attiré par les machines à sous ou les jeux traditionnels, c’est le but.

Peut-être vous attendiez-vous à ce que je vous dise que vous alliez gagner un peu d’argent. Je vais vous dire ce que je réponds quand on me demande : "comment on fait pour gagner dans un casino ?" Je réponds : il n’y a qu’un seul moyen, il faut en acheter un ! »

Marc Descharles : comment se passent les relations des casinos avec les villes ? Qui décide des emplacements ?
« Il n’y a pas très longtemps que la DSP (Délégation de service public) existe. Avant, c’était un accord entre le maire et un patron de casino. Quand on a mis en place les appels d’offres, les villes se sont aperçues que lorsque le casino appartenait à un particulier, il était difficile à la ville de demander quoi que ce soit. Beaucoup de villes ne regardent que l’aspect financier. »

Philippe Duez : par rapport à l’engagement que vous avez pris avec le Losc (1), êtes-vous frustré de ne pas avoir obtenu le casino de Lille ?
« Si j’enlevais ma chemise, je pourrais vous montrer la marque du poignard dans le dos. »

Philippe Duez : vous êtes meurtri ?
« Vous ne pouvez pas imaginer à quel point. Lille, c’est ma deuxième ville. J’aime le Losc, j’aime la ville. Quand on voit les réponses aux appels d’offres c’est ridicule. Un exemple. Il y a une commission nommée pour juger les dossiers. La première chose que Martine Aubry dit à son conseil municipal, c’est : je ne veux plus de contacts avec Partouche. Mais, dans le dossier de Barrière (le groupe qui a emporté l’appel d’offres), vous avez un conseiller en manifestations culturelles qui est son ancien collaborateur. C’est quand même un peu gros. (…) On a parlé de l’hôtel quatre étoiles, mais cet hôtel n’est pas dans l’appel d’offres. Ils n’auraient jamais dû le prendre en compte. On a choisi Barrière, je ne sais pas pourquoi.

Quand Martine Aubry se cache en disant ce n’est pas moi, c’est la commission qui a proposé, c’est faux. La commission propose et le maire décide.

Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je me suis senti… J’en faisais une affaire personnelle, c’est ma ville. Alors, moi vivant, je vous garantis qu’elle ne repassera pas aux élections la prochaine fois. J’ai un peu de fortune, je l’utiliserai pour faire tomber cette municipalité. »

Marc Descharles : on sait que Saint-Amand a peur de l’arrivée du casino de Lille. N’y a-t-il pas une trop grande concurrence ?
« Vous avez beau avoir de la concurrence, les gens de Saint-Amand et ceux qui vivent autour vont aller à Saint-Amand, les gens de Lille iront à Lille. Les machines sont les mêmes, l’ambiance, en principe, est la même. »

Dominique Malengé : il existe deux casinos au Touquet, comment est-ce possible ?
« À Cannes il y a trois casinos, à Nice, deux. C’est la ville qui décide. Si on en a l’autorisation, on peut monter deux, trois casinos. Au Touquet, il y a toujours eu deux casinos. »

Frédéric Lecomte : êtes-vous ouvert à une concurrence internationale par le biais d’Internet ?
« Vous avez deux millions de joueurs français qui jouent sur des sites étrangers. En France on n’a pas le droit de créer de tels sites de jeu. »

Laure Ansart : combien de personnes travaillent dans un casino ?
« Au Pasino de Saint-Amand, nous avons 260 employés : des techniciens de machines à sous, d’autres qui ouvrent les machines parce que les techniciens n’en ont pas le droit, des caissiers, des barmen… »

Laure Ansart : vous les recrutez dans quelles filières ?
« On recrute parfois des gens qui n’ont aucune compétence. On leur apprend les jeux. À la manière dont vous allez distribuer les cartes, je peux vous dire si vous allez faire ou non une bonne croupière. »

Marc Descharles : avez-vous mis en place des structures particulières pour ceux qui sont victimes d’addiction au jeu ?
« Nous avons créé une société, Addictel, qui ne s’occupe que de ça dans nos 52 casinos. Vous appelez 24 h sur 24. On vous répond. On met un médecin à disposition. Ensuite, le meilleur moyen d’empêcher quelqu’un de jouer, c’est de ne pas lui faire de crédit, de ne pas accepter de carte de crédit… Et puis, on n’oblige pas les gens à venir. Saint-Amand, c’est en pleine nature. Et 800 personnes y viennent tous les jours en moyenne. »

Laure Ansart : ouvrez-vous des casinos dans les pays de l’est ?
« Nous allons là où existe une réglementation. Or, dans les pays de l’Est aujourd’hui, il n’y a pas de réglementation. J’ai ouvert un casino, avec un associé autrichien, en Hongrie. Le soir où on a ouvert, deux personnes ont demandé mon directeur. Après, il m’a dit : c’était le patron de la police et le patron des impôts. À l’un, je vais donner tant, à l’autre, autant, toutes les semaines, en prélevant sur les caisses. Je suis parti. »

Philippe Duez : on dit que Partouche vend une partie de ses casinos, les plus petits…
« C’est n’importe quoi. Mes petits casinos me rapportent plus que les gros. Alors, si je vends, je vends les gros et les petits.

Il y a deux ans, un fonds de pension m’a fait une proposition. Moi, je possède peu d’actions, 1 % de mon groupe. Mon fils et trois de mes neveux sont propriétaires. Quand je leur en ai fait part, ils m’ont répondu : on ne va pas vendre. Une semaine après, mon fils me dit : "avec ma part, si je vends, je peux dépenser 35 000 F (5 336 E) par jour sans toucher au capital uniquement sur les intérêts, impôts payés." Cela l’a fait réfléchir. Mais ça n’a pas marché avec le fonds de pension. Depuis deux ans, on nous fait constamment des propositions. Le dernier en date, c’est le promoteur immobilier bordelais (2). Je lui ai demandé deux millions d’euros pour qu’il étudie l’affaire. Il les perd s’il n’achète pas. En janvier, il va venir me faire une proposition. Mais si je vends, ce ne sera pas seulement un casino parce que ça me fait autant de mal que d’en vendre vingt. »

Marc Descharles. : en matière de casinos, la région est-elle assez équipée ?
« Elle est équipée mais, par exemple, pour venir jouer de Lens à Saint-Amand, il faut faire 80 km. Alors si vous implantez un casino à Lens, vous allez certes enlever une partie de la clientèle de Saint-Amand mais, en revanche, vous allez récupérer une partie de la population qui ne va nulle part. En moyenne, 14 % de la population joue, c’est très peu. Nous avons une grosse marge encore. L’avenir, ce sont les grands casinos, genre Saint-Amand et Lille. » Philippe Duez : est-ce que les jeux clandestins existent encore ? « À Paris, on a recensé environ 1 500 salons privés où les gens jouent entre amis, entre voisins. Ils jouent au poker, ce n’est pas clandestin. Vous avez le droit de jouer entre vous, ce qu’il ne faut pas, c’est que quelqu’un prélève de l’argent et organise le jeu. »

Frédéric Lecomte : et les machines à sous clandestines ?
« À Marseille, il existe 6 000 machines. Connues, reconnues. La police sait où elles sont. Elle laisse faire parce que cela ne porte préjudice à personne. Dans l’esprit des policiers, c’est quelque chose qu’ils maîtrisent. »

Laure Ansart : les joueurs qui achètent des tickets à gratter sont-ils les mêmes que ceux qui vont dans les salles de jeu ?
« Pas spécialement. Beaucoup jouent à tout. Mais, par exemple, les gens qui jouent aux courses, on ne les voit pas beaucoup dans les casinos. Ça ne va pas ensemble. »

Natacha Staelens : que pensez-vous des chevaux de course ?
« Je suis joueur, mais jamais de ma vie je n’ai joué aux courses. C’est facile à comprendre : je ne peux pas monter le cheval ! Je ne compte que sur moi et sur mon entourage, pas sur une personne en dehors. ».

(1) Le groupe Partouche est le sponsor officiel de l’équipe de football du Losc. (2) Il s’agit de Michel Ohayon, qui s’était fait connaître à Lille avec un projet au centre ville (burdipolis) qui n’a pas abouti.

(source : lavoixdunord.fr/YVES SMAGUE ET STÉPHANIE BARA)


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



En bref

Le casino de Plombière relancé pour quinze ans
31-07-2017|Une nouvelle convention entre la Ville de Plombières et le casino vient d’être signée, dans une ambiance détendue mais solennelle. Le scellement du mariage est prévu pour quinze ans.

Le casino fait ses jeux à Grasse
20-01-2016|Conseil municipal La Ville a donné hier son agrément au trio de repreneurs de l'établissement de jeux fermé depuis un an. Mais pas à l'unanimité… A la déception du maire
La première étape vers la réouverture du casino vient d'être franchie

Tournage au casino de Bourbonne-les-Bains
11-05-2015|Une équipe de tournage de "Sept à huit", l'émission d'Harry Roselmack, vient de passer une semaine à Bourbonne-les-Bains pour préparer un reportage sur la vie d'un casino rural.(jhm.fr)

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

G. MARTIGNONI-HUTIN martignoni autorite bruxelles nationale pierrotin services universite politique
Vos derniers commentaires
Arnaques dans les casinos français et européens : plusieurs suspects arrêtés commenté : 1 fois
Privatisation de la Française des jeux : « Une menace pour le casino », selon le maire d’Enghien commenté : 2 fois
Privatisation de la Française des jeux : « Une menace pour le casino », selon le maire d’Enghien commenté : 2 fois
Le bus de Partouche pour transporter les joueurs du casino n’attire pas encore les foules commenté : 1 fois
Toujours plus de sécurité au casino d’Enghien commenté : 1 fois
Casinos : Joa va racheter les 8 établissements d'Emeraude commenté : 1 fois

Forum
Etude sur les pratiques de jeux de hasard et d'argent en Fra par : gargarumf - lundi 08 Octobre 2018 13:38
saumur par : nollach - mercredi 13 juin 2018 15:45
matériels pour l'événementiel par : Magic66 - samedi 28 avril 2018 10:50
Attention par : LGM - mercredi 22 novembre 2017 02:04
demande d 'aide par : l epingleur - mardi 26 septembre 2017 19:04



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.