Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2017
Archives 2016
Archives 2015
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Cour des comptes - La régulation des jeux d’argent et de hasard
Décret n° 2015-669 du 15 juin 2015 relatif aux prélèvements sur le produit des jeux dans les casinos
Arrêté du 15 mai 2015 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2015-540 du 15 mai 2015 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D.321-13 du code de la sécurité intérieure
Arrêté du 30 décembre 2014 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007
Décret no 2014-1726 du 30 décembre 2014 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D. 321-13 du code de la sécurité intérieure
Décret no 2014-1724 du 30 décembre 2014 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard



Vendredi 27 août 2004 : Affaire Le Roux, la vérité au bout du tunnel ?



Vingt-sept ans après la disparition de l’héritière du Palais de la Méditerranée, la justice a mis en examen l’ancien amant de la jeune femme et principal suspect: Jean-Maurice Agnelet. Retour sur un imbroglio judiciaire et le combat d’une mère.

Juste un lit, et puis des piles de dossiers, de documents, de livres, de notes. Elle habite son passé, étale sa mémoire dans son appartement de Monaco, comme pour toujours la rafraîchir. Renée Le Roux a 82 ans, mais elle tient debout, bien droite, pleine de classe dans sa chemise en soie rose, grise et noire. C’est une femme vive qui rit souvent, raconte beaucoup. Elle agite les souvenirs dans le présent pour qu’ils respirent et ne s’abîment jamais dans l’amnésie des lendemains. C’est une mère qui a perdu sa fille dans un euphémisme qu’elle refuse obstinément. Agnès Le Roux a «disparu» en 1977. Un raccourci rhétorique qui dissimule mensonges, manipulations et pratiques mafieuses. Aujourd’hui Renée Le Roux ne veut rien que la vérité. Brute.

Après vingt-sept ans de lutte judiciaire, une dizaine d’avocats épuisés et quelques juges d’instruction dépassés, cette mère s’est finalement trouvée face à celui qu’elle a toujours suspecté. En mai dernier, Jean-Maurice Agnelet a été mis en examen pour l’assassinat d’Agnès. Et un jeudi du mois de juin, l’ancien mannequin de chez Balenciaga s’est levée dans le bureau du juge, grande et menaçante. Elle a enfin exigé: «Dites-moi ce que vous avez fait de ma fille après l’avoir tuée?» A l’insolence du mensonge, au courage de l’affront, l’homme a préféré la lâcheté du silence.

Agnès avait 29 ans, elle était jolie. Et riche. C’était, avec ses frères et sœurs, l’héritière du Palais de la Méditerranée, édifice mythique planté sur la Promenade des Anglais, à Nice, où avaient défilé les plus grands, de Joséphine Baker à Edith Piaf en passant par Charles Trenet et Jacques Brel. Un établissement que dirige Renée Le Roux, mais qui fait quelques envieux au milieu des années 1970. Jean-Dominique Fratoni, un ancien fabricant de sandales dans la vieille ville, homme de paille de la mafia, n’a pas assez de son casino Ruhl à la façade ultramoderne, juste à côté du Palais de la Méditerranée. Il envoie un de ses proches draguer le clan Le Roux: Jean-Maurice Agnelet. «Un homme qui vivait de magouilles, de sexe et de ses charmes», se souvient un avocat niçois. Agnelet, jeune avocat beau parleur, craint la mère Le Roux, cette femme autoritaire, énergique et déterminée qui avait participé au championnat du monde de tir au pigeon en 1951. Pas le genre à se laisser plumer. Il use plutôt de son charme auprès de la petite dernière, une belle plante au regard vif et rebelle qui rêve d’aventures et de liberté. Ils se retrouvent à l’hôtel Splendid. Agnès fond devant cet homme qui n’inspire justement que méfiance à sa mère; elle s’installe avec lui. Il est marié, il collectionne les maîtresses mais elle l’ignore, il lui promet la lune et elle y croit. Elle n’a qu’à se laisser porter, s’en remettre à lui. Et «donner» sa voix au prête-nom de Jean-Dominique Fratoni lors du prochain conseil d’administration, le 30 juin 1977. Son vote est acheté. Renée Le Roux perd son casino. Et surtout sa fille, quatre mois plus tard. Entre le 27 octobre et le 2 novembre 1977, Agnès se volatilise au volant de son Range Rover.

Jean-Maurice Agnelet sera mis en garde à vue en 1978. Et relâché aussitôt. Pourquoi? «S’il y a un scandale dans cette affaire, il est là, confie aujourd’hui un policier. Un seul raté, et vingt années perdues!» Dès le 16 mai 1977, Jean-Dominique Fratoni avait viré plus d’un million et demi de francs sur un compte que le couple avait ouvert quelques jours plus tôt en Suisse. Et deux mois plus tard le reste arrivait: soit 1,2 million de francs, qu’Agnelet transforme alors en bons de caisse anonymes à la Banque commerciale italienne de Nice. Toujours pendant l’été, il emmène cette fois en Suisse une autre de ses conquêtes, Françoise Lausseure, pour qu’elle ouvre à son tour un compte où il transfère sans scrupule une partie de l’argent d’Agnès. Déçue, privée d’attentions, plantée dans l’attente, la jeune héritière creusée par le manque s’enfonce. Le 4 octobre 1977, Agnès Le Roux absorbe 10 dragées d’Immenoctal. Agnelet envoie les secours à une fausse adresse alors qu’il possède les clés de l’appartement. La jeune femme est hospitalisée, elle s’en sort mais ne donne aucune explication à ses proches. Deux jours plus tard, dans la nuit, elle avale d’autres comprimés, se taillade les veines. Agnelet attend le petit matin pour composer le 17, appel qu’il enregistre sur une cassette découverte plus tard dans son bureau. Les policiers ne retrouvent sur place ni les boîtes de médicament ni l’instrument Tranchant avec lequel Agnès se serait mutilée.

Quand Agnès disparaît, la famille Le Roux s’inquiète, mais l’avocat flambeur et séducteur est là pour rassurer tout le monde. Nul besoin de s’alarmer, d’ailleurs il serait plus ou moins en contact avec la jeune femme, il aurait même des nouvelles. Et, s’il procède effectivement à quelques mouvements financiers sur ses comptes, jusqu’à les solder, il ne faut pas se méprendre: il cherche paradoxalement à la faire réagir. Comme la résiliation de l’assurance et du bail de l’appartement au début de l’année 1978… Rien à voir, bien sûr, avec cette certitude qu’Agnès avait définitivement disparu. S’il avait l’espoir qu’elle revienne, Agnelet n’aurait-il pas cependant pu choisir de conforter les intérêts de la jeune femme en continuant de payer son loyer… avec les 3 millions dont il dispose alors en Suisse par exemple?

Début 1978, Renée Le Roux porte plainte. Les enquêteurs perquisitionnent le domicile de sa fille. L’appartement est bien rangé, c’est celui d’une absente, avec un peu de courrier qui jonche le sol devant la porte d’entrée. Et, punaisés sur une table à dessin dans la salle de séjour, juste quelques mots, sans date: «Désolée, mon chemin est fini. Je m’arrête là. Tout est bien. Agnès. Je veux que ce soit Maurice qui s’occupe de tout.» Agnelet est interrogé, mis en garde à vue, mais ne se montre pas très coopératif et nie même l’évidence qui fait de lui l’amant d’Agnès. Les enquêteurs fouillent le cabinet du jeune notable. Ils trouvent la chaîne hi-fi de la jeune femme. Et, dans un tiroir, une photocopie du texte laissé par Agnès chez elle. Seulement sur cet exemplaire-là figure un élément précieux qui n’apparaît pas sur l’original: la date. Et elle correspond à la première tentative de suicide de la fille Le Roux, non à sa disparition. On demande des comptes à Agnelet, qui répète qu’il n’a pas tué Agnès. Le jeune avocat tient son rang, il est responsable de la Ligue des Droits de l’Homme, il est franc-maçon, il a des relations. Il sort libre.

A l’automne 1979, les policiers se rendent chez l’ex-épouse d’Agnelet, à Cantaron. Ils y découvrent la bibliothèque de l’avocat, ses livres de la Pleiade. Qu’ils feuillettent. Dans les Œuvres complètes de Montaigne, ils trouvent ces notes: «17 mai 1977. Genève. PM-PV amitiés.» PM, pour Palais de la Méditerranée; PV, pour Palais vénitien, le nom de la société propriétaire des murs. Le 17 mai 1977, Maurice et Agnès étaient à Genève, où Fratoni leur virait une partie du pactole en paiement du vote d’Agnès. Puis, dans le Journal d’André Gide, en page de garde, ces mots encore: «30 juin 1977 – sécurité – PM-PV.» C’est la date de l’ultime conseil d’administration sous la direction de Renée Le Roux. Et encore, dans les Œuvres complètes de Rimbaud: «le 7 octobre 1977 – le bateau ivre. Classement dossiers PM-PV.» Ce qui correspond au jour de la seconde tentative de suicide d’Agnès. Pour finir, Agnelet avait noté dans les tomes I et II de Hemingway: «Mercredi 2 novembre 1977 – reclassement dossiers PM-PV. Liberté.» Et Agnès a justement disparu entre le 27 octobre et le 2 novembre de cette même année. Lorsque les enquêteurs ont osé demander quelque explication à l’avocat à propos de ces annotations, celui-ci a laissé entendre que toute ressemblance avec des faits réels ou des personnes ayant existé était, cela va de soi, fortuite.

Agnelet est à l’aise. Son emploi du temps au moment des faits balaie toute suspicion, il était à Genève avec Françoise Lausseure quand Agnès s’est volatilisée. Alors quand il comparaît devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence en 1986, avant qu’elle ne rende son ordonnance de non-lieu, c’est forcément un lapsus idiot qui échappe à ses mots menteurs: «Je n’ai jamais touché à l’argent d’Agnès après sa mort.» Il voulait dire… sa disparition? Quant aux sous, il croyait que c’étaient les siens. Classée, l’affaire Agnès Le Roux.

Mais une mère qui perd un enfant, ça ne range jamais sa peine, ça peut même déranger la justice au moment où elle s’apprête à s’endormir. Renée Le Roux tient Agnelet pour responsable de la disparition de sa fille. Alors si la justice ne voit pas de crime là où l’on ne retrouve pas de corps, si la prescription s’applique au non-lieu, la mère d’Agnès ruse, contourne la difficulté et dépose une plainte inédite pour des faits connexes: «recel de cadavre». Le temps qui passe fait remonter les aigreurs. En 1990, un des fils d’Agnelet, décédé depuis, envoie du Maroc à un ami. Il écrit: «Une carte pour dire encore et toujours que mes parents sont des assassins, que j’ai ouvert un sac pour les y mettre tous deux, qu’ensuite il faudra jeter le sac dans un dépôt de déchets radioactifs.» Et, en 1999, l’ancienne compagne de Jean-Maurice Agnelet craque. Françoise Lausseure revient sur ses déclarations, avoue n’avoir pas passé la nuit du 27 au 28 octobre 1977 avec l’avocat. Oui, elle était bien en Suisse à l’époque, mais avec une amie. Dans la foulée, l’ancienne épouse d’Agnelet sort de son silence et évoque une rumeur selon laquelle la dépouille d’Agnès pourrait bien être au mont Cassin. «Nous avons aujourd’hui la quasi-certitude qu’un petit nombre de personnes, deux ou trois, sont au courant de tout ce qui s’est passé il y a vingt-sept ans, assure l’avocat de la famille Le Roux, Me Christian Boitel. Dans ce dossier, l’origine criminelle de la disparition d’Agnès est acquise… Maintenant il faut comprendre.» Renée Le Roux dit qu’elle n’a jamais fait le deuil de sa fille. Comme si elle était restée avec elle, loin, tout en la cherchant, ici. Il suffit de la démarche d’une jeune femme dans la rue, rien qu’une allure, pour qu’elle croie voir sa fille. Et longtemps elle a doublé tous les Range Rover qu’elle voyait pour vérifier qu’il n’y avait pas Agnès au volant. Aujourd’hui, Jean-Maurice Agnelet, dont le conseil n’a pu être joint, est sous contrôle judiciaire à Chambéry. La famille Le Roux espère le voir convoqué aux assises, courant 2005. «Il faut qu’il paie», lâche Renée. Pour qu’elle se repose un peu, elle. Parce qu’au bout d’un certain temps il en est un autre : celui que l’on aimerait enfin prendre pour rendre mémoire à ses absents.

(source : nouvelobs.com/Elsa Vigoureux)


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



En bref

Le casino de Plombière relancé pour quinze ans
31-07-2017|Une nouvelle convention entre la Ville de Plombières et le casino vient d’être signée, dans une ambiance détendue mais solennelle. Le scellement du mariage est prévu pour quinze ans.

Le casino fait ses jeux à Grasse
20-01-2016|Conseil municipal La Ville a donné hier son agrément au trio de repreneurs de l'établissement de jeux fermé depuis un an. Mais pas à l'unanimité… A la déception du maire
La première étape vers la réouverture du casino vient d'être franchie

Tournage au casino de Bourbonne-les-Bains
11-05-2015|Une équipe de tournage de "Sept à huit", l'émission d'Harry Roselmack, vient de passer une semaine à Bourbonne-les-Bains pour préparer un reportage sur la vie d'un casino rural.(jhm.fr)

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

casino de Sanary etablissement colombet ferdinand premiere bernhard granulats procureur provenant
Vos derniers commentaires
Roman. Il n’y a pas de joueurs heureux au casino commenté : 2 fois
Roman. Il n’y a pas de joueurs heureux au casino commenté : 2 fois
Rien ne va plus au Casino Ruhl ? commenté : 2 fois
Rien ne va plus au Casino Ruhl ? commenté : 2 fois
Le projet de casino parisien fait trembler la concurrence commenté : 6 fois
Jetons, calcul et gestion du stress: à l'école des croupiers commenté : 4 fois

Forum
demande d 'aide par : l epingleur - mardi 26 septembre 2017 19:04
achat de matériel d'occasion par : casino baccara - vendredi 03 février 2017 18:32
bonjour par : gorzcore - mardi 25 Octobre 2016 15:35
Une nouvelle donne pour les casinos par : ereduverseau - samedi 23 mai 2015 13:44
avis casino d'hyeres les palmiers par : HYPE - jeudi 14 août 2014 04:49



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.