Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2017
Archives 2016
Archives 2015
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Cour des comptes - La régulation des jeux d’argent et de hasard
Décret n° 2015-669 du 15 juin 2015 relatif aux prélèvements sur le produit des jeux dans les casinos
Arrêté du 15 mai 2015 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2015-540 du 15 mai 2015 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D.321-13 du code de la sécurité intérieure
Arrêté du 30 décembre 2014 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007
Décret no 2014-1726 du 30 décembre 2014 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D. 321-13 du code de la sécurité intérieure
Décret no 2014-1724 du 30 décembre 2014 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard


mots clefs : roulette


Vendredi 1 octobre 2010 : Les contradictions de la politique Jeu Responsable de la Française Des Jeux



Amigo, un clone du Rapido

Par Jean-Pierre G. MARTIGNONI ( sociologue)

Le lancement d’Amigo, jeu permanent à tirage immédiat censé être moins addictif que le Rapido, dévoile les contradictions dans lesquelles se fourvoit l’opérateur historique. En finançant la doxa du jeu pathologie maladie la FDF a fait le lit des anti jeux sans pour autant résoudre l’antinomie de la question du Jeu Responsable. Après l’Arjel qui continue avec succès sa mission, il est donc grand temps que la nouvelle architecture du paysage ludique prévue par la loi sur les jeux en ligne soit installée, afin d’éviter à l’opérateur historique de faire constamment le grand écart et d’être en conflit d’interets

-----

Difficile de dire si la Française des jeux (FDJ) « joue gros » avec Amigo, le successeur annoncé du Rapido, comme l’a précisé dernièrement les Echos ( 9 septembre 2010). Une chose est certaine le lancement de ce « nouveau » jeu apparaît singulier vu le contexte et les raisons ( officielles ou officieuses) qui poussent la FDJ à effectuer ce renouvellement.
Rapido était-il réellement obsolète ? Rien n’est moins sûr. Même si le CA de Rapido avait baissé de 30 % de 2007 à 2010, il était encore en 2009 un vrai jack pot pour la FDJ, le premier des jeux de l’opérateur historique (1,7 milliards d’euros) devant le Loto ( 1,6 ME)

Le lancement d’Amigo , qui a été testé dans quatre régions et sera présenté officiellement dans la ville de Martine Aubry le 4 octobre prochain avant d’être généralisé dans tout le réseau de la FDJ en 2011, appelle donc différents commentaires et une analyse critique.

Dans le domaine purement ludique ce nouveau jeu n’a rien de révolutionnaire, c’est un jeu de tirage immédiat. Il faut cocher quelques numéros sur une grille principale ( 9 sur une grille de 45) , un autre sur une grille jack pot et ensuite attendre le tirage qui apparaît sur un écran, comme pour le Rapido. Les caractéristiques socio ludiques générales d’Amigo sont en réalité les mêmes que celle de Rapido : temporalités ludiques, temps de jeu, fréquence des tirages ; espace de jeu de proximité accessible facilement

  • Amigo est, comme Rapido un jeu permanent comme l’aiment certaines catégories de joueurs, qu’on trouve aussi dans les points cours PMU, sur les hippodromes et dans les salles de machines à sous. Cette permanence du jeu ( chaque journée de tirage Amigo « s’ écoulera » sur une très longue plage ludique, de 5hoo du matin à 23h55) autorise des temporalités immuables et un jeu quasi permanent. Quand la FDJ avait lancé ce jeu en 1999 c’était pour concurrencer le jeu permanent qu’offre quotidiennement les casinos avec leurs bandits manchots, le PMU avec ses paris hippiques dans ses points courses ou sur les hippodromes. Avec cet avantage que les joueurs n’avaient pas besoin de se déplacer sur un hippodrome ou dans une exploitation pour s’adonner à cette passion ludique récurrente du Rapido. Ensuite il était beaucoup plus facile psychologiquement, culturellement pour une majorité de Français, d’aller jouer dans un bar Tabac Rapido que d’aller flamber dans un casino ou sur un champ de courses, espaces encore synonymes parfois d’enfer du jeu Cette deux proximités ( géographique et psy-sociologique) expliquent le succès du Rapido, devenu le n° 1 des produits de la FDJ en quelques années.
  • Autre caractéristique de ce jeu simple - toujours sur le registre du temps - la fréquence. Comme Rapido, Amigo apparaît comme un jeu a très haute fréquence. Un tirage toutes les 5 minutes, soit le chiffre impressionnant de 227 tirages par jour ! On peut s’étonner que la FDJ lance un jeu à très haute fréquence alors qu’elle met soi disant en avant une politique de jeu responsable et raisonnable.Certes Rapido était encore plus rapide : un tirage toutes les deux minutes et demi ( !) mais sur le registre du temps les caractéristiques socio ludiques et ethno et micro sociologiques d’Amigo sont en réalité les mêmes que celles du Rapido (qui contrairement à ce que son nom indiquait était un jeu très lent).
  • Amigo sera un jeu très lent comme Rapido car les joueurs qui jouent à ce jeu ( qui ne sont pas forcément des actifs) , outre l’argent viennent surtout acheter du temps, passer un moment ou tuer le temps. Mais ce temps immuable, répétitif ( qu’offre Rapido et désormais Amigo), n’est pas forcément ennuyeux pour le joueur car à chaque tirage : tout est possible. Cette ambivalence est caractéristique des perspectives existentielles qu’autorisent ces jeux permanents

En final malgré les discours de la FDJ, Amigo apparaît bien comme le clone de Rapido ( on ne change pas une formule qui marche si bien, ou alors à la marge) qui doit capter les 3 millions de joueurs de Rapido, et sans doute avec la volonté de Christophe Blanchard Dignac d’en capter beaucoup d’autres ( ce qui la aussi pose problème vis-à-vis du discours officiel du Pdt de la FDJ sur le jeu responsable)

D’autres raisons contextuelles ( conjoncturelles et structurelles) doivent donc être mentionnées pour expliquer ce renouvellement. Car les raisons officielles annoncées par la FDJ (1) dans ces communiqués de presse n’ont d’intérêt que d’un strict point de vue marketing ou pour créer le buzz et occuper les médias :

(1)

  • faire évoluer la clientèle en la féminisant et en la rajeunissant
  • « Amigo symbolise une nouvelle génération de jeux de tirage conçu comme un programme de divertissement ancré dans la convivialité
  • « Amigo sera diffusé sera un canal de divertissement sur écran numérique accompagné d’un programme interactif ( information météo, quiz de culture) «

Toujours sur ce registre marketing signalons le nom de ce (faux) nouveau jeu : Amigo, qui signale d’évidence que la FDJ veut faire ami ami avec ses clients. Mais il n’est pas certain qu’un simple changement de nom suffise à redorer l’image d’un jeu qui, quand il se nommait Rapido, a été vilipendé comme très addictif par la doxa du jeu pathologie maladie, financée ( et nous avons dénoncé ce conflit d’intérêt dans de nombreux articles) par la Française des jeux elle même ! Rapido suggérait le gain rapide, immédiat ( rapido ça banque illico). Si Amigo apparaît comme un nom sympa, positif, consensuel, il comporte néanmoins un aspect démagogique et politiquement correct qui peut faire sourire .

Sur ce registre du jeu excessif signalons que la FDJ précise dans son communiqué que « ce nouveau concept Amigo a associé pendant deux ans les équipes créatives, les forces de vente, des joueurs et des non joueurs, des détaillants et….des experts du jeu responsable »

Avec cette dernière remarque nous sommes au cœur du cyclone qui signale :

  • le contexte du lancement d’ Amigo
  • les contradictions dans lesquelles se trouve la FDJ (vis-à-vis de ce jeu mais plus globalement vis à vie de sa croissance)
    • Le contexte c’est bien entendu la question du jeu pathologique et la politique de jeu responsable de la FDJ qui devrait y remédier. En faisant ami ami avec la doxa du jeu pathologie maladie la FDJ, et ensuite en la finançant , la FDJ a cru faire un mariage de raison tout en répondant à une demande politique (nationale et européenne) en matière de santé publique. Elle en en réalité ouvert une boîte de Pandore. Sans preuve scientifique mais avec un grand battage médiatique, cette doxa très opportuniste (1) a réussi à faire apparaître Rapido comme un jeu très addictif obligeant l’opérateur a organisé ( en 2008) un Rapido pasteurisé mais ou les fondamentaux ludiques restaient inchangés. Cela n’a pas suffit à faire taire les critiques et le mal était fait. Malgré la baisse du CA de 30% ( due sans doute essentiellement à l’interdiction de fumée dans les cafés et à la crise économique) l’étiquette addictive reste collée au Rapido qui est montré du doigt par les politiques, les médias
    • Le lancement d’Amigo met à jour les contradictions dans lesquelles se trouvent prise la FDJ : assurer de la croissance dans un univers de plus en plus concurrentiel dans le cadre d’une politique de jeu responsable. Il n’est pas du tout certain que l’opérateur sorte gagnant de cette quadrature du cercle improbable qui peut mécontenter tout le monde ( les anti jeu qui en demanderont toujours plus, la doxa du jeu pathologie maladie qui doit justifier son existence)

Certes la FDJ ne se contente pas de lancer de nouveaux jeux, elle tente depuis plusieurs mois de controler l’ensemble des éléments du dossier jeu responsable, comme si les choses n’avaient pas changé :

  • Elle finance fortement la doxa du jeu pathologique maladie ( notamment le CHU de Nantes, Ladouceux/Lejoyeux à Bichat…) mais le conflit d’interet apparaît tellement grossier qu’il éclatera forcément
  • Elle « commande » à l’AFNOR une norme sur le jeu responsable pour tenter d’influer la réglementation actuelle ou à venir qui relève des pouvoirs publics ( comme le précise le cahier des charges de l’Afnor/ Française des jeux : « quand une entreprise participe au développement de normes, elle se dote d’un levier pour orienter le marché en faveur des pratiques qu’elle juge préfèrable (..) et augmente ainsi ses parts de marché »

Mais les choses ont changé depuis la loi sur les jeux en ligne, la libéralisation des jeux qui à terme concernera également le gambling terrestre :

  • au niveau concurrentiel la FDJ ( comme le PMU) l est désormais sous la surveillance de l’autorité de concurrence
  • au niveau du jeu responsable et de la régulation, le projet de loi sur les jeux en ligne a prévu une nouvelle architecture ( commission consultative des jeux et observatoire des jeux) pour définir les règles , mesurer objectivement les conséquences positives et négatives du gambling, harmoniser une politique des jeux responsable mais qui respecte la liberté et favorise la concurrence

Il est donc grand temps que la FDJ s’adapte à cette nouvelle donne par une révolution culturelle et un changement de pratiques. Il est aussi grand temps que la nouvelle architecture prévue par le Sénat et l’Assemblée nationale soit installée. Cela évitera à l’opérateur historique de faire le grand écart et d’être pris dans ses contradictions chaque fois qu’elle lance un nouveau jeu.

Jp martignoni
Octobre 2010

(1) On s’aperçoit que la doxa du jeu pathologie maladie outre son caractère opportuniste et intéressé, à l’art de retourner sa veste …toujours du bon coté. Au départ c’était la roulette et le casino qui étaient les jeux les plus addictifs ( le mythe de l’enfer du jeu, le figure du joueur dostoïevskien canonisée par Freud) , ensuite on a eu les machines à sous ( le mythe du joueur onanistique, seul devant sa machine) et ensuite le Rapido ( qualifié « d’assommoir contemporain » dans un article du Monde diplomatique) et depuis quelques mois ce sont les jeux d’argent en ligne qui seraient le plus addictogènes. ( le joueur désocialisé, seul devant son ordinateur) avant que peut être Amigo ne le devienne. Méditons sur le caractère évolutiste/opportuniste et contradictoire du discours de la doxa du jeu pathologie maladie. Il faut réaliser des études pluridisciplinaires sur ces jeux sans a priori, et c’est à un observatoire des jeux de les réaliser et non à la doxa du jeu pathologie maladie de le faire car leurs réponses sont déjà incluses dans leurs hypothèses et leurs questionnements. Et comme on trouve forcément ce qu’on cherche…… cette position est scientifiquement et épistémologiquement très dangereuse.


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



Article(s) relatif(s)


30-06-2010 | « Agrée par l’ARJEL » : première campagne d’information de l’autorité de régulation des jeux en ligne
18-06-2010 | Jeux en ligne, jeu excessif, conflit d’intérêts
19-03-2010 | Gambling France - Note de conjoncture

Autre(s) Article(s)


24-03-2017 | François Fillon et les jeux d’argent
16-11-2016 | Tabac...Jeu...What Else ?
09-12-2015 | L’AFP et les jeux d’argent : quel jeu joue l’Agence France Presse ?
03-01-2012 | Jackpot à 11,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour la Française des Jeux
15-03-2011 | L’ Observatoire des jeux de hasard et d’argent ne doit pas être un Observatoire « Croupion »
13-10-2010 | L'addiction aux jeux d'argent, un phénomène toujours pas mesuré en France
06-10-2010 | Le centre du jeu excessif financé par la Française des jeux organise un congrès à Nantes sur l’addiction
01-10-2010 | Les contradictions de la politique Jeu Responsable de la Française Des Jeux

En bref

Le casino fait ses jeux à Grasse
20-01-2016|Conseil municipal La Ville a donné hier son agrément au trio de repreneurs de l'établissement de jeux fermé depuis un an. Mais pas à l'unanimité… A la déception du maire
La première étape vers la réouverture du casino vient d'être franchie

Tournage au casino de Bourbonne-les-Bains
11-05-2015|Une équipe de tournage de "Sept à huit", l'émission d'Harry Roselmack, vient de passer une semaine à Bourbonne-les-Bains pour préparer un reportage sur la vie d'un casino rural.(jhm.fr)

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

Saint-Amand-les-Eaux: un gagnant empoche 1,7 M€ au Pasino
01-02-2014|La dernière gagnante aux « bandits manchots » en réseau des casinos Partouche avait déjà mis la main sur une belle somme. Le dimanche 21 juillet 2013, elle était repartie avec un chèque de plus de 780 000 € du Pasino de Saint-Amand. En cette fin d’après-midi, un autre joueur a fait exploser la cagnotte ! Doublant plus que la mise cette fois, avec un gain de 1,7 million d’euros. Pour être tout à fait précis, la machine a craché un jackot (un mégapot, dans le jargon des casinotiers) de 1,763 041,15 €. Le principe du mégapot est celui-ci : des machines à sous sont reliées entre elles au sein d’un même casino, et elles cotisent à un jackpot commun bien supérieur à celui d’une machine isolée. L’établissement précise : « Il avait simplement misé 2 € ! » Heureux homme...(lavoixdunord.fr)

casino de Vernet-les-Bains etablissement orientales pyrenees thermale amusement esperent reportage conflent
Vos derniers commentaires
Rien ne va plus au Casino Ruhl ? commenté : 1 fois
Le projet de casino parisien fait trembler la concurrence commenté : 6 fois
Jetons, calcul et gestion du stress: à l'école des croupiers commenté : 4 fois
Jetons, calcul et gestion du stress: à l'école des croupiers commenté : 4 fois
Jetons, calcul et gestion du stress: à l'école des croupiers commenté : 4 fois
Jetons, calcul et gestion du stress: à l'école des croupiers commenté : 4 fois

Forum
achat de matériel d'occasion par : casino baccara - vendredi 03 février 2017 18:32
bonjour par : gorzcore - mardi 25 Octobre 2016 15:35
Une nouvelle donne pour les casinos par : ereduverseau - samedi 23 mai 2015 13:44
avis casino d'hyeres les palmiers par : HYPE - jeudi 14 août 2014 04:49
Bonjour à tous par : Admin - vendredi 08 juin 2012 16:17



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.