Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2017
Archives 2016
Archives 2015
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Cour des comptes - La régulation des jeux d’argent et de hasard
Décret n° 2015-669 du 15 juin 2015 relatif aux prélèvements sur le produit des jeux dans les casinos
Arrêté du 15 mai 2015 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2015-540 du 15 mai 2015 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D.321-13 du code de la sécurité intérieure
Arrêté du 30 décembre 2014 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007
Décret no 2014-1726 du 30 décembre 2014 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D. 321-13 du code de la sécurité intérieure
Décret no 2014-1724 du 30 décembre 2014 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard


mots clefs : interdiction


Mardi 21 septembre 2010 : Dominique Desseigne, PDG de Groupe Lucien barrière : « En rachetant 2% du capital de ma société à Accor, je me mets la pression »



Le patron des casinos et hôtels Barrière nous explique quelles sont ses ambitions dans Internet et nous raconte comment il voit son groupe dans dix ans alors qu’Accor a décidé de vendre en Bourse la participation de 49 % qu’il détient dans la société.

Propos recueillis par François Monnier et Bruno Segré

Pourquoi avez-vous décidé de mettre en Bourse Groupe Lucien Barrière ?

Les marchés semblent en meilleure forme qu’il y a quelques mois et nous avons publié des résultats encourageants au troisième trimestre, durant lequel le chiffre d’affaires net de prélèvements a progressé de 6,2 %. Comme vous le savez, Accor, le vendeur, souhaitait se recentrer sur son cœur de métier et nous avons donc trouvé que c’était le bon moment. La mise en Bourse du groupe va également contribuer à accroître notre visibilité et notre notoriété. Lors de cette opération, je vais d’ailleurs me renforcer dans le capital de Groupe Lucien Barrière en portant ma participation de 51 à 53 %. Cela démontre la confiance que j’ai dans les perspectives du groupe.

Entre un hôtelier comme Accor qui se paie en Bourse 8,5 fois 2010 (valeur d’entreprise rapportée à l’excédent brut d’exploitation) et un spécialiste des casinos tel que Groupe Partouche à 4,4 fois, la valorisation de votre société à 7,7 fois se situe plutôt dans la fourchette haute. Comment justifiez-vous ce prix ?

C’est au marché qu’il reviendra d’apprécier la valeur de notre groupe sur la base des éléments que nous avons présentés, de la stratégie que nous mettons en œuvre et de nos perspectives de croissance. Notre groupe a des atouts réels, nous disposons d’actifs uniques et notre potentiel de développement est important. Nous détenons une position de leader, sans équivalent en France et en Europe.

Je suis confiant dans la capacité du marché à valoriser ces atouts.

Quel lien allez-vous conserver avec Accor ?

Notre histoire commune a démarré il y a vingt ans. Accor nous a donné le culte de l’excédent brut d’exploitation, tandis que nous leur avons transmis la culture du luxe. Après la cession en Bourse des titres détenus par Accor, nous conserverons des liens étroits et nous continuerons à développer des synergies en matière de politique d’achats, dans les travaux et la commercialisation. Gilles Pélisson, le PDG d’Accor, restera à notre conseil d’administration, en qualité d’administrateur personne physique.

Allez-vous adopter la même stratégie qu’Accor et céder les murs de vos hôtels ?

Nous sommes très attachés à nos actifs. L’immobilier est une valeur qui rassure. D’ailleurs, si nous n’avions pas été propriétaires au plus dur de la crise, au moment où les banques rechignaient à prêter aux entreprises, trouver des financements abordables aurait été plus difficile.

Comment va évoluer votre endettement net à l’avenir, alors qu’il représentait 49,5 % de vos fonds propres ? Votre dette brute va-t-elle rester à 79 % à taux variable ?

En trois ans, nous avons consacré 320 millions d’euros au développement de nouveaux projets d’envergure comme Toulouse ou Lille. Notre taux d’investissement va être moins important à l’avenir et représenter environ 6 % de notre chiffre d’affaires net, sachant que notre dette nette ne dépassera pas 1,5 fois notre excédent brut d’exploitation en 2013 contre 3,5 fois aujourd’hui.

Pour ce qui est du taux variable, nous avons mis en place en juillet des instruments de couverture qui nous garantissent notre dette brute à 65 % à taux fixe. Résultat, le coût de la dette est maîtrisé sur la durée des couvertures.

La famille Desseigne-Barrière est également actionnaire à 70,32 % d’une autre société cotée : la Société Fermière du Casino Municipal de Cannes. Une fois que Groupe Lucien Barrière sera mis en Bourse et que le marché lui aura donné une valorisation, allez-vous rapprocher les deux sociétés ?

Les deux groupes ont des profils différents. La Fermière de Cannes est plus hôtelière que casinotière. GLB, c’est l’inverse. Elles ont aussi des logiques de développement très différentes et indépendantes. Rapprocher les deux entreprises ne serait pas conforme à leur histoire.

Dans dix ans, à quoi ressemblera GLB ?

En France, où nous sommes leader dans les casinos avec une part de marché de 31 %, nous souhaitons nous renforcer dans les zones où nous sommes absents en procédant à des acquisitions ciblées. Mais je souhaiterais aussi accélérer notre développement à l’international pour qu’à terme nous y réalisions autour de 40 % de notre chiffre d’affaires.

Dans l’hôtellerie, nous sommes déjà très bien implantés en France. Notre croissance passe donc surtout par l’international et notamment la Suisse, que nous connaissons bien, le Moyen-Orient et l’Asie. L’idée, c’est de reproduire le succès du Fouquet’s sur la base du modèle économique du Naoura Barrière, à Marrakech, au Moyen-Orient, c’est-à-dire un management à 100 % Lucien Barrière et une association avec des partenaires financiers reconnus permettant de limiter notre investissement.

Les jeux d’argent sur Internet ne risquent-ils pas de nuire à vos casinos ? Ne partez-vous pas trop tard dans le poker en ligne, où vous détenez une participation minoritaire de 43,84 % dans LB Poker ?

Tant que le marché était illégal, nous avons souffert de la concurrence des jeux sur Internet. Le marché est aujourd’hui ouvert et nous nous apprêtons à en devenir l’un des principaux acteurs. Avec un investissement de 19 millions d’euros (au 30 avril 2010), nous sommes aujourd’hui propriétaires de notre plate-forme technologique, et nous avons lancé le 17 septembre notre site Barrierepoker.fr. Nous avons une marque forte avec Lucien Barrière et 120.000 clients très actifs, et le meilleur partenaire possible avec La Française des Jeux, dont le site affiche de 4 à 5 millions de visiteurs uniques par mois. Nous estimons que LB Poker atteindra l’équilibre en 2012 et nous nous donnons comme objectif de détenir un tiers du marché français en 2015. Bientôt, nous pourrons même offrir à nos clients une partie de poker en ligne en 3D grâce à la prouesse technique de notre plate-forme et à notre partenariat avec On Line Gaming 3D.

Vous avez des objectifs très ambitieux puisque vous visez une croissance annuelle d’au moins 5 % de votre chiffre d’affaires net entre 2010 et 2013 et une progression de plus de 10 % de votre excédent brut d’exploitation. Comment comptez-vous y parvenir alors que l’interdiction de fumer dans les casinos depuis 2008 a beaucoup pénalisé votre activité ?

C’est vrai, l’interdiction de fumer dans nos casinos a provoqué une chute de 15 % de nos produits bruts. Mais les clients reviennent. Ils commencent à s’habituer à ne plus fumer dans les établissements publics et nous avons développé pour les fumeurs, là où c’était possible, des terrasses dont certaines aujourd’hui avec des machines à sous. Résultat, la fréquentation de nos casinos a progressé de 2,3 % sur 12 mois cumulés à fin août. Nous disposons également d’une autorisation pour mettre en fonctionnement 2.000 machines à sous supplémentaires. Surtout, nous allons profiter de la montée en puissance des dernières générations de casinos comme ceux de Toulouse ou de Lille. Pour l’hôtellerie, nous allons bénéficier de la hausse du taux d’occupation des chambres pour l’ensemble des établissements du groupe : + 7 points en un an. Ici, la hausse des volumes s’accompagnera aussi d’une hausse des prix.

D’ici à 2013, nous devrions donc être en mesure de dégager une marge d’excédent brut d’exploitation de 27 % contre 24 % aujourd’hui. Je vous rappelle qu’en 2007, si nous avions bénéficié de l’assouplissement fiscal mis en place aujourd’hui, nous aurions alors réalisé un niveau de rentabilité équivalent. Nous sommes donc sereins quant à notre capacité à atteindre ces objectifs.

Vous avez 65 ans. Vous dirigez et incarnez cette entreprise. Jusqu’à quand comptez-vous rester aux commandes ?

Dans les statuts, il est prévu que le président du conseil d’administration puisse diriger l’entreprise jusqu’à 85 ans. J’ai encore beaucoup de temps devant moi. Et puis, en rachetant 2 % du capital de ma société à Accor, je me mets la pression. Cela me rajeunit.

(source : investir.fr/François Monnier et Bruno Segré)


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



Article(s) relatif(s)


16-09-2010 | Barrière entre en Bourse, Accor sort du capital
10-09-2010 | Le Groupe Barrière aux portes de la Bourse
08-07-2010 | Groupe Lucien Barrière présente aux marchés un projet ambitieux
02-04-2010 | Accor: l'IPO de Lucien Barrière n'interviendrait pas avant septembre
01-04-2010 | La cotation du groupe Barrière aura lieu avant l’été
21-01-2010 | Barrière prépare son introduction en Bourse

Autre(s) Article(s)


21-09-2010 | Dominique Desseigne, PDG de Groupe Lucien barrière : « En rachetant 2% du capital de ma société à Accor, je me mets la pression »
10-09-2010 | Le Groupe Barrière aux portes de la Bourse
26-08-2010 | Accor/Entrée en Bourse de Barrière: décision dans les prochains jours (Pélisson)
07-07-2010 | Lucien Barrière -L'AMF enregistre le document de base pour l'IPO

En bref

Le casino de Plombière relancé pour quinze ans
31-07-2017|Une nouvelle convention entre la Ville de Plombières et le casino vient d’être signée, dans une ambiance détendue mais solennelle. Le scellement du mariage est prévu pour quinze ans.

Le casino fait ses jeux à Grasse
20-01-2016|Conseil municipal La Ville a donné hier son agrément au trio de repreneurs de l'établissement de jeux fermé depuis un an. Mais pas à l'unanimité… A la déception du maire
La première étape vers la réouverture du casino vient d'être franchie

Tournage au casino de Bourbonne-les-Bains
11-05-2015|Une équipe de tournage de "Sept à huit", l'émission d'Harry Roselmack, vient de passer une semaine à Bourbonne-les-Bains pour préparer un reportage sur la vie d'un casino rural.(jhm.fr)

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

Clubs de jeux finances rectificative prelevement progressif equilibre gouvernement contrepartie experimentation
Vos derniers commentaires
Roman. Il n’y a pas de joueurs heureux au casino commenté : 2 fois
Roman. Il n’y a pas de joueurs heureux au casino commenté : 2 fois
Rien ne va plus au Casino Ruhl ? commenté : 2 fois
Rien ne va plus au Casino Ruhl ? commenté : 2 fois
Le projet de casino parisien fait trembler la concurrence commenté : 6 fois
Jetons, calcul et gestion du stress: à l'école des croupiers commenté : 4 fois

Forum
Attention par : LGM - mercredi 22 novembre 2017 02:04
demande d 'aide par : l epingleur - mardi 26 septembre 2017 19:04
achat de matériel d'occasion par : casino baccara - vendredi 03 février 2017 18:32
bonjour par : gorzcore - mardi 25 Octobre 2016 15:35
Une nouvelle donne pour les casinos par : ereduverseau - samedi 23 mai 2015 13:44



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.