Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2018
Archives 2017
Archives 2016
Archives 2015
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Cour des comptes - La régulation des jeux d’argent et de hasard
Décret n° 2015-669 du 15 juin 2015 relatif aux prélèvements sur le produit des jeux dans les casinos
Arrêté du 15 mai 2015 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2015-540 du 15 mai 2015 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D.321-13 du code de la sécurité intérieure
Arrêté du 30 décembre 2014 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007
Décret no 2014-1726 du 30 décembre 2014 modifiant la liste des jeux autorisés dans les casinos fixée par l’article D. 321-13 du code de la sécurité intérieure
Décret no 2014-1724 du 30 décembre 2014 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard


mots clefs : opposition


Lundi 18 septembre 2006 : Le drame du jeu excessif



Sa passion pour le casino lui a coûté son mariage et une bonne partie de ses revenus. A 61 ans, ce juriste est décidé à se soigner, mais ses résolutions chancellent devant la puissance de son vice.

Juin 1970. Paul* n’est pas près d’oublier ce moment. Il a alors 25 ans et entre pour la première fois dans un casino. «Celui de Divonne. Un peu par hasard. Je jouais régulièrement aux cartes et un ami m’avait parlé de l’endroit. Sur le moment, ça n’a pas du tout été un choc ou une révélation. Mais avec le recul, évidemment, cette journée prend une tout autre ampleur.» Un peu voûté, le ton blême et comme recroquevillé sur lui-même, Paul semble un peu accablé par l’existence. Mais quand il se met à parler du jeu, de la roulette, son visage s’illumine, sa voix retrouve les accents assurés du juriste, son regard s’intensifie.

Bien sûr, quelque part au fond de lui, ce Neuchâtelois de 61 ans le sait bien: il est malade, souffre d’une pathologie qui a malmené sa vie et vidé son compte en banque. Qui a brisé son ménage, aussi, reconnaît-il dans un souffle. «Peut-être ma femme serait-elle partie de toute manière, qui sait. Mais sur le moment, oui, elle en avait assez et c’est pour ça qu’elle m’a quitté.»

Une dépendance dévastatrice

Depuis octobre dernier, Paul se soigne du côté de Genève et du Centre de prévention du jeu excessif. «C’est mon fils qui a pris rendez-vous pour moi. Nous nous y sommes rendus ensemble. Et puis je me suis inscrit dans un groupe. Je crois que les réunions n’ont plus lieu. Je dois téléphoner à Lausanne, on m’a signalé l’existence d’un autre lieu spécialisé.» Oui, le Centre du jeu excessif (CJE), première institution hospitalo-universitaire de Suisse, et largement pionnière en Europe.

Paul s’y rendra-t-il ? Lors de notre premier téléphone, il ne craignait pas les photos, comme s’il voulait montrer avoir définitivement déserté ses vieux démons. Là, alors que nous évoquons sa lente descente dans l’enfer de la dépendance, il revendique l’anonymat. «Je joue depuis tellement longtemps! A Neuchâtel où j’ai toujours habité, même mon vrai prénom me rendrait immédiatement identifiable.»

Peur d’être montré du doigt, alors qu’il reconnaît lui-même que tout le monde autour de lui n’ignore rien de sa passion dévastatrice? Ou plutôt désir de ne pas vraiment tourner la page, de ressentir encore «cette incroyable et fascinante énergie de la mise qui fascine tout joueur compulsif», selon les termes du professeur Jacques Besson, chef de service de psychiatrie communautaire du CHUV et directeur du CJE. «Ce que j’aimerais, c’est continuer à jouer, mais modérément, sans trop dépenser, ce que les thérapeutes appellent le jeu contrôlé. Pour l’instant, je ne peux pas imaginer m’en passer. C’est un si grand plaisir.»

Une si grande souffrance, aussi. Et un pouvoir d’attraction intense chez la minorité – un sur dix environ – de joueurs à problèmes. «Quelques années avant son décès, ma mère a essayé de m’en sortir. Elle venait avec moi, à Divonne ou à Evian. Et c’est elle qui s’est mise dedans, surtout lorsqu’a ouvert le casino d’Annemasse, tout près de chez elle. Quand on est pris, on l’est bien», sourit-il tristement.

Effervescence autour de la mise donc, ce moment où comme dans la parabole l’on peut multiplier son placement initial. Pour revivre cet instant magique, le joueur dépendant multiplie les petites astuces, les habitudes, les porte-bonheur. Jacques Besson: «L’une des constantes de cette pathologie consiste en une distorsion de la réalité et de ce qui, finalement, appartient au seul hasard. On développe les croyances, les intuitions erronées, que l’on croit en rapport avec la possibilité de gain. En termes médicaux, la compulsivité laisse le champ libre aux régions préconscientes du cerveau. Elles prennent le dessus sur la logique et le bon sens.»

Autre donnée fréquente, la certitude d’avoir trouvé le moyen infaillible de domestiquer la chance, de dominer le hasard. «Seul le casino gagne systématiquement», rappelle le professeur. Devant une machine à sous, un tapis vert, ou en manipulant les cartes d’une loterie électronique, 98% des visiteurs s’accordent sans problème de ce fait tangible. Ils viennent s’amuser, et tant mieux s’ils gagnent une fois. «Mais une petite minorité de gens vulnérables arrive non pas pour jouer, mais pour gagner de l’argent, ou se refaire.» L’on passe alors d’un loisir occasionnel à une pratique obsessionnelle. Et les problèmes commencent.

Au-delà de la raison

Paul a étudié, appris le droit, l’a ensuite enseigné durant plus de vingt ans. Pourtant, durant plus longtemps encore, il a cru dur comme fer avoir trouvé le système infaillible. «J’ai appris plus tard que cette technique portait le nom de son inventeur, d’Alembert, qui au XVIIIe siècle rédigea l’Encyclopédie avec Diderot.»

Pseudo-loi des probabilités: quand le coup est gagnant, on enlève une unité, quand on perd, il faut en rajouter une. «Je l’utilisais pour ce que l’on appelle la chance simple à la roulette: rouge ou noir, pairs ou impairs. Il m’a semblé que ça fonctionnait. Mais il fallait y consacrer des sommes toujours plus importantes.» Paul se rend de plus en plus aux tables, au moins deux fois par semaine. «Souvent le week-end aussi, et je prenais un hôtel pour y retourner le dimanche.» Il dépense au casino ce qu’il gagne au poker avec des amis, s’endette, s’absente de plus en plus souvent. «Et puis un jour, à force de perdre, de voir d’autres s’enfoncer, j’ai décidé de freiner.» C’était il y a une dizaine d’années et comme il le reconnaît lui-même, «cela reste problématique. D’ailleurs, en ce moment, ça ne va pas, je recommence à trop y aller.» Peut-être sa visite à la consultation du CJE l’aidera-t-elle à parvenir à ce fameux jeu contrôlé auquel il aspire. Pour l’instant, Paul fait comme il peut, sans trop se demander ce que son obsession lui a coûté. Et pas seulement financièrement.

Quelques chiffres

Selon un rapport de la Commission fédérale des maisons de jeu, dix personnes sont exclues chaque jour des casinos. Elles étaient 3700 en 2005, les trois quarts à leur demande. Une enquête suisse de la santé publique, elle, dénombre 2% de joueurs excessifs, et la moitié de pathologiques, au sein de la population helvétique. La différence? «Les premiers se trouvent déjà dans la dépendance, mais contrairement aux seconds ne regroupent pas tous les critères de la vraie pathologie», explique Jacques Besson. Pas moins de 29% des Suisses auraient une «activité fréquente» de jeu d’argent, soit une fois par semaine. Parmi ces joueurs dits récréatifs, les joueurs excessifs représentent 12,7% et les joueurs pathologiques 3,4%. Près d’une moitié des plus assidus aux casinos et autres jeux de hasard et d’argent sont âgés de plus de 55 ans, ce qui correspond à un peu plus de 615 000 personnes.

L’abstinence, un horizon lointain

Le jeu excessif, et sa forme aggravée dite pathologique, répond au qualificatif médical d’«addiction sans substance», par opposition à l’alcoolisme ou à la toxicomanie, par exemple. D’où l’une des difficultés de dépistage, «puisqu’il n’existe pas ou peu de symptômes visibles». D’où aussi la nécessité d’une large information. Selon la volonté du législateur, la réouverture des casinos en Suisse fut associée à la mise en place de mesures sociales pour traiter la dépendance. «Prévention et traitement correspondent donc à une responsabilité de la collectivité comme des établissements concernés», rappelle Jacques Besson.

Reste aussi la question des loteries électroniques présentes dans les cafés. Même si les restaurateurs ont en général reçu une petite formation pour dépister les clients à risque, ces jeux peuvent aussi mener à une pratique incontrôlée. Selon les médecins, seule une faible proportion des joueurs excessifs ou pathologiques arrivent dans leurs cabinets. «Et la plupart du temps, il existe une forte pression de leur entourage.» La majorité d’entre eux sont par ailleurs accros à plusieurs formes de jeux d’argent. Pour eux, «l’abstinence reste l’horizon à atteindre sur le long terme. Dans un premier temps, nous parons au plus pressé, explique Jacques Besson, cette maladie étant souvent associée à d’autres dépendances et à des problèmes psychiques ou sociaux comme la dépression ou l’isolement.»

Commence alors un douloureux travail sur le discours intérieur du patient, dont il faut aussi conserver la motivation de se soigner. Car on peut être ou se faire exclure d’un casino, mais continuer à se rendre au bistrot. Ou même se brancher devant son ordinateur et l’un des nombreux sites internet de casinos en ligne, phénomène en plein essor qui inquiète beaucoup les thérapeutes.

(source : migrosmagazine.ch/Pierre Léderrey)

*Prénom d’emprunt


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



En bref

Le casino de Plombière relancé pour quinze ans
31-07-2017|Une nouvelle convention entre la Ville de Plombières et le casino vient d’être signée, dans une ambiance détendue mais solennelle. Le scellement du mariage est prévu pour quinze ans.

Le casino fait ses jeux à Grasse
20-01-2016|Conseil municipal La Ville a donné hier son agrément au trio de repreneurs de l'établissement de jeux fermé depuis un an. Mais pas à l'unanimité… A la déception du maire
La première étape vers la réouverture du casino vient d'être franchie

Tournage au casino de Bourbonne-les-Bains
11-05-2015|Une équipe de tournage de "Sept à huit", l'émission d'Harry Roselmack, vient de passer une semaine à Bourbonne-les-Bains pour préparer un reportage sur la vie d'un casino rural.(jhm.fr)

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

vaporisateur nasal vaporisateur traitement naloxone medicament utiliser premiere chercheur helsinki
Vos derniers commentaires
Paris, la capitale sans casino, s'essaie aux clubs de jeux et enterre les cercles commenté : 1 fois
Barrière prévoit d’ouvrir un club de jeux à Paris commenté : 1 fois
Roman. Il n’y a pas de joueurs heureux au casino commenté : 2 fois
Roman. Il n’y a pas de joueurs heureux au casino commenté : 2 fois
Rien ne va plus au Casino Ruhl ? commenté : 2 fois
Rien ne va plus au Casino Ruhl ? commenté : 2 fois

Forum
Attention par : LGM - mercredi 22 novembre 2017 02:04
demande d 'aide par : l epingleur - mardi 26 septembre 2017 19:04
achat de matériel d'occasion par : casino baccara - vendredi 03 février 2017 18:32
bonjour par : gorzcore - mardi 25 Octobre 2016 15:35
Une nouvelle donne pour les casinos par : ereduverseau - samedi 23 mai 2015 13:44



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.